interrupteur-classique
Electricité

Installer un interrupteur classique : qu’est-ce que cela nécessite ?

Bien que le branchement des interrupteurs les plus classiques semble très facile à faire, beaucoup ne possèdent cependant pas, les informations les plus simples concernant cette pratique. En effet, en plus d’avoir des notions de bricolage, il est nécessaire d’avoir à sa disposition l’outillage adéquat mais également de prendre en compte les normes ainsi que quelques mesures de sécurités afin d’avoir une installation conforme.

Quels sont les types de connexions possibles pour l’installation d’un interrupteur classique ?

Il existe deux principales façons de connecter les câblages d’un interrupteur classique à savoir :

  • Les interrupteurs à connexion à vis : ce type d’interrupteurs datent de la fin des années 80 et possèdent en général une connexion à vis qui sert à positionner les fils électriques. Ce système possède deux inconvénients assez pesants. Le premier concerne la vis qui a plutôt tendance à se desserrer au fil du temps. Cette dernière possède également des petites parties qui la rendent dangereuse à manipuler et qui représente ainsi, le second inconvénient. Toutefois, il existe des modèles qui utilisent toujours ce type de câblage à savoir par exemple l’interrupteur d’extérieur de chez Schneider Electric, le IP44,
  • Les interrupteurs à connexion automatique : la connexion automatique électrique est un système récent qui équipe cependant la plupart des modèles va et vient et ce, en vue de la facilité de branchement mais également de la rapidité des connexions et de la protection des contacts électriques.

Quel matériel pour l’installation d’un interrupteur classique ?interrupteur-classique

Il est impossible de mettre en place un interrupteur si ce dernier ne possède pas de boite d’encastrement, la pièce maîtresse d’une telle installation. En effet, cette dernière permet de conserver la partie arrière où se trouve les câbles qui permettent la connexion électrique mais également de tenir l’ensemble de l’interrupteur contre la plaque de cloison. D’après les standards actuels et les nombreuses normes, ces boîtes sont en général compatibles avec tous les appareillages qui existent c’est-à-dire, avec les interrupteurs. Par exemple, un interrupteur de la marque Legrand fonctionne très bien avec une boite Schneider ou Eur’oHm. Il existe cependant différents types de boites d’encastrement pour le branchement d’un interrupteur. En effet, s’il n’y a pas de problème concernant la compatibilité des boites d’encastrement, il est toutefois important de choisir celle qui correspond au montage électrique du système. Parmi les boites qui existent on cite :

  • La boite à sceller à utiliser lorsqu’il s’agit d’une rénovation exercée sur un mur en brique,
  • Des boites d’encastrement classiques ou étanches à l’air pour une installation électrique neuve et pour une cloison en placo.

Ainsi, une boite d’encastrement dépend principalement de deux critères à savoir le nombre de postes qui représente le nombre d’appareilles électriques que l’on peut disposer à l’intérieur de la boite d’encastrement, pour des interrupteurs classiques, il est assez rare de trouver des boites d’encastrement qui possèdent plus de de 2 branchements. Dans le cas contraire, il serait nécessaire de mettre en place plusieurs interrupteurs au sein d’une même et unique pièce. L’interrupteur classique dans ce cas est remplacé par un interrupteur double. Quant au second critère, il s’agit de la profondeur des boites d’encastrement. La profondeur des systèmes simples possède une dimension de 40 mm. Ces boites sont principalement utilisées au sein des cadres de branchement des interrupteurs classiques. Elles sont ainsi en général disponibles sur le marché avec une profondeur de 50 mm et utilisées lors de la mise en place des modules démotiques avec des boites d’encastrement comme celles des interrupteurs va et vient sans branchement fixe.

Comment brancher un interrupteur classique ?

Lors du montage d’un interrupteur classique, il est nécessaire de brancher ce dernier en trois étapes :

  • Les phases premières sont envoyées à l’interrupteur et sont donc connectées sur les bornes rouges de ce dernier ou encore, sur les bornes L,
  • Pour le retour lampe, le câblage est connecté aux autres bornes restantes et doivent ainsi être reliées à l’interrupteur classique en veillant à ce qu’elles reviennent à la boite de dérivation,
  • Depuis celle-ci, le neutre, la terre et le retour lampe sont directement envoyés aux points lumineux.

Laisser un commentaire